Mon expérience avec le CAPES…

Coucou mes blogofriends!!!

J’espère que vous allez tous bien! Comme vous le savez peut-être, il y a quelques jours, je passais les épreuves écrites du CAPES (concours de l’enseignement). J’ai donc réfléchis à vous faire un article pour partager avec vous mon expérience: ce qu’il faut savoir, comment je l’ai vécu, mon ressenti sur tout ça, etc.

Les écrits du CAPES avaient lieu le jeudi 31 Mars et le vendredi 1 Avril de 9h à 14h.

Déjà quelques jours (voire même semaines) avant le Jour-J, j’étais pire que stressée, au point que j’ai essayé toutes les méthodes possibles et imaginables pour déstresser (d’ailleurs si un article sur ces méthodes vous intéresse, dites-le moi dans les commentaires 😉 ). J’ai eu beaucoup de mal à me mettre aux révisions (au final, j’ai juste révisé les grandes dates de l’histoire [British et Américaine] et quelques points de grammaire vu pendant l’année…) et c’est pas forcément une bonne chose…

Le Jour-J:

J’ai beaucoup de mal à me réveiller… c’était pas la porte à côté et malgré le covoiturage et pour s’y rendre aucun d’entre nous ne connaissait vraiment la route, ni le temps de trajet d’ailleurs… Une fois arrivée, il y avait vraiment beaucoup de gens, c’était quand même assez impressionnant, mais d’un autre côté, j’avais l’impression de repasser mon bac 😛 On était placé, chacun un numéro de rangée puis par ordre alphabétique. On avait plusieurs copies sur la table, plusieurs feuilles de brouillon et notre étiquette. On est entré dans la salle à 8h45 environ, le temps que tout le monde rentre, s’installe et qu’on nous explique les règles (on avait le droit d’aller faire pipi quand on voulait, il n’y avait personne pour nous accompagner) et on nous donnait les sujets (personne n’avait le droit de retourner tant qu’on nous avait pas donné le top). Sur la table, on avait le droit à la nourriture, à une ou plusieurs boissons, des mouchoirs, une règle, des crayons (les trousses étaient autorisées), etc. En bref, tout ce que l’on voulait tant que ça ne nous permettait pas de tricher.

31 Mars:

9h02, début de l’épreuve de composition (Littérature/Civilisation).

On a eu de la chance, je trouve, car le sujet est tombé sur la littérature… trois textes, et on est partis. Lecture des textes, je réfléchis… une problématique arrive, puis un planGénial!!, allez, on ne perd pas une minute, on note tout ça sur le brouillon pour ne pas oublier les idées. Entre deux sur un brouillon, je notais heure par heure, minutes par minutes ce que je vivais, ressenti à chaud, etc. (ça aussi si ça vous intéresse, je vous en ferais un article, laissez-moi savoir ce que vous en pensez!)

13h20, j’ai fini… l’épreuve se termine à 14h02, mais j’ai fini… alors je sors et je croise les doigts pour que ce soit bon… on verra les résultats 😀

14h15 environ, on passe aux toilettes et retour maison… le lendemain allait être rude.

1er Avril:

9h01, début de l’épreuve de grammaire/thème/version.

Un texte de thème à traduire… ça va encore, on réussi à remettre le texte français dans un anglais plus ou moins correct, c’est pas le plus difficile. Un texte de version à traduire… là, ça se complique. Pourtant, depuis le début de mes années de fac, le thème et la version sont mes « matières de prédilection », je réussi toujours plutôt bien. Mais là, c’est la catastrophe… Dans ce texte, il y a plein de mots que je ne connais même pas… alors je tente le tout pour le tout, mieux vaut inventer que rendre un texte à trou. Je regarde autour de moi, et je vois des dizaines et des dizaines de têtes frustrées, déboussolées, tout le monde à l’air de se demander comment ils vont faire pour y arriverJe vous rassure, moi aussi! Je passe donc à la grammaire… euh… bah… en fait, non, c’est pas beaucoup mieux! Le premier point est relativement simple, le second beaucoup moins… Pourquoi? Eh bien, tout simplement parce que la grammaire se faisait sur le texte de version, et le second point sur une des fameuses phrases qui bloquaient tout le monde en traduction. Première pensée de ma part: mais comment veulent-ils que je leur explique une traduction pour laquelle j’ai été obligée d’inventer quelque chose??? Ils sont fous ces gaulois… Oui, à ce moment là, je suis un cas désespéré… je traîne ma peine le plus possible, me disant que si je reste encore un peu, peut-être que quelque chose me reviendra, mais non, je quitte donc la salle à 13h15 environ, j’aurais au moins essayé.

Alors, si je ne l’ai pas, je me dis qu’au pire, maintenant, je sais comment ça se passe et si je l’ai, et bien direction les oraux! Qui sait rien n’est jamais perdu tant qu’on a pas les résultats 😛 Mais dans l’ensemble, je suis plutôt fière de moi 🙂

Je vous embrasse fort ❤

-My Little Shortystory 🙂

Publicités

4 commentaires sur « Mon expérience avec le CAPES… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s